«

»

Juil 20

C’est ma fête puis après…

C’est ma fête aujourd’hui puis après… Pas que je m’offenserai si vous me souhaitez « Bonne fête », mais sachez que ça me laisse quelque peu indifférant, car je ne comprends pas vraiment ce qu’il y a à fêter. Qu’est-ce que la fête de quelque autrement que la réalisation qu’il a accumulé un an de plus sur terre ou pire encore, qu’il lui reste un an de moins à vivre. De plus, ce pourrait-il que célébrer l’anniversaire de quelqu’un soit devenu un autre automatisme de société à défaut d’avoir quelque chose de véritable à célébrer?

De toute façon, pourquoi attendre un évènement tel que la fête de quelqu’un pour lui faire part de ces sentiments? N’importe-t-il pas plus de lui en faire part tout simplement lorsque l’occasion se présente? C’est d’ailleurs pourquoi vous me voyez fréquemment dire « Je t’aime » à mes enfants lorsque je les quitte ou à la fin d’une conversation téléphonique, même s’ils sont rendus de jeunes adultes. Aussi, tel que je l’ai déjà écrit dans un article précédent qui traite de ce qu’est un cadeau d’intention,  j’accorde beaucoup plus d’importance à donner un cadeau simplement parce que j’en ressens le désir plutôt que parce que la coutume l’indique.

J’ai toutefois compris toute l’impertinence d’un souhait de fête lorsque j’ai souhaité bonne fête à mon père alors qu’il avait atteint le vénérable âge de 80 ans. Ainsi, plutôt que d’être heureux de voir que j’avais pensé à lui, c’est plutôt de la tristesse qui sembla l’habiter, ce qui confirme mon point de vue que, quel que soit notre âge, nous ne devrions pas nous réjouir d’avoir vieilli d’un an. Suite à cela, je me suis donc senti mal à l’aise de lui avoir souhaité puisque je prenais conscience que mon geste lui avait apporté tristesse et nostalgie. Pour tout cela, j’ai donc décidé d’aborder mes anniversaires autrement et que dorénavant, je ne célébrerais que de vrais accomplissements.

Ainsi, puisque de vieillir m’apporte une certaine fébrilité quant au fait qu’il me reste un an de moins pour réaliser tout ce qui me reste à accomplir sur cette terre, sachez donc que j’aspire plus que jamais à continuer à œuvrer à mes divers projets afin de pouvoir célébrer le plus grand nombre de réalisations et d’accomplissements possibles. Et puisque je désire demeurer actif dans mon milieu de vie, en me réalisant pleinement jusqu’à ce qu’il ne me soit plus possible de le faire,  j’ai donc espoir qu’il y aura bien plus de réalisations et d’accomplissements à célébrer que d’anniversaires d’ici là. Alors, ne vous inquiétez pas si vous ne m’avez pas souhaité bonne fête, car je sais que vous serez au rendez-vous lorsque j’aurai de réelles raisons de célébrer.

Et vous, aimez-vous que l’on célèbre votre anniversaire de naissance?

© 2011, Jacques Dufort. Tous droits réservés.

(13 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Sylviane

    Bonjour Jacques,

    Tu as peut-être raison. Mais il y a des gens que c’est important de ce faire souhaiter bonne fête. C’est primordiale car pour eux, c’est peut-être le seul contact ou la seule occasion d’avoir des nouvelles de leurs entourages. C’est malheureux mais c’est ainsi et pour certains c’est peut-être le seul présent qu’il recoivent.

    Je suis bien d’accord, qu’on doit dire à notre entourage « je t »aime » et de ne pas avoir peur de dévoiler nos sentiments et de prendre le temps de partager du temps de qualité avec ceux qu’on aime. De faire plaisir et de nous faire plaire…

    Bonne continuité de ta vie….

    1. Jacques Dufort

      Tu as raison que ma façon d’aborder un anniversaire de naissance ne peut s’appliquer à tous. Ma philosophie de vie ne peut être adoptée que par quelqu’un qui aurait fait une démarche philosophique semblable à la mienne, car autrement, on ne peut que s’en remettre aux rituels que la société nous a inculqués pour démontrer l’amour et l’appréciation que l’on éprouve l’un pour l’autre. Et comme tu le dis si bien, il arrive certains cas où n’eus été de se faire souhaiter « Bonne fête », certains demeureraient dans l’ombre de la solitude. Le seul point qui continu à me déranger c’est de célébrer cette reconnaissance que l’on vieilli d’un an de plus. Alors, je suis d’accord qu’à défaut de le faire autrement, la majorité d’entre nous continueront à ne s’en remettre qu’aux rituels traditionnels. Restera à voir, si comme je le perçois, il arrive un temps ou malgré les bonnes intentions sous-jacentes à la célébration d’un anniversaire, une personne en mal de vieillir pourra ne plus apprécier ce rituel. C’est donc pourquoi, quel que soit l’âge, il m’apparait plus sain de célébrer les réalisations de quelqu’un plutôt que son vieillissement. Est-ce que jour la terre entière adoptera ma façon de voir? Qui sait? D’ici là continue à commenter, j’apprécie grandement. Amitié Jacques

  2. Stéphane Bessette

    Pour commencé, ré-essais cette adresse « E-MAIL » POUR VOIR, ELLE SERAIT SUPPOSÉ FONCTIONNÉ.
    En deuxièmes lieux malgré le fait que je t’es envoyer mais souhaits de bonne fête, je partage tout à fait ton opinion, je suis le premier à demandé de passé cette journée comme toute les autre et à faire remarquer au gens qu’il me souhaite et démontre leurs joie de me voir vieillir.
    Je te les est fait parvenir malgré mes conviction et surtout malgré tes explication sur le sujet ces donc plus qu’un automatisme dans mon cas….peut-être du bien paraître, surement que ces du « B.P. », Ces fou comment l’humain peut être programmer dans certain comportement et ne pas vouloir en démordre.
    Faut croire que certaine valeurs nous sont inculquer depuis si longtemps dans notre enfance, que juste l’idées de ne plus agir de la sorte nous déroute et nous mais dans un inconfort flagrant (remarque encore la que je parle en « nous » plutôt qu’en « je » ces exactement le même phénomène, ces moins culpabilisant ainsi)

    Il y as matière à auto évaluation de moi-même sur ce mécanisme de défense (introspection personnel).

    BIEN A TOI
    Stéphane R. B.

  3. Jacques Dufort

    Un peu déprimant ton texte Jacques. Y’a rien de mal à célébrer un anniversaire même si ce n’est pas toujours une agréable circonstance. Une célébration, une fête, un regroupement de personnes qui s’aiment, c’est ça qui forme le tissus de notre société, le soutient de notre quotidien. Fêtons, c’est bon pour le moral. Et en passant, bonne fête Jacques.

    1. Jacques Dufort

      Chère Louise. Je suis entièrement d’accord avec toi sur le fait qu’il importe de célébrer et que tous ces événements sont importants pour vivre heureux en société. Je ne crois toutefois pas que le fait d’avoir vieillit d’un an est prétexte à fêter en soit. Il y bien d’autres prétextes auxquels j’accorde beaucoup plus d’importance mas aussi, il y a le fait que le simple désir d’organiser une soirée avec des êtres qui nous sont chers, sans prétexte aucun, est aussi important sinon plus, que de s’assurer d’organiser un party de fête selon moi. Je ne suis ni malheureux de vieillir, ni amer. Je préfère tout simplement trouver d’autres occasions autour desquelles l’on puisse célébrer. Désolé si j’ai pu t’attrister avec mes propos, car ce n’était pas le but. Un gros merci de t’être donné la peine de commenter, car l’opinion des gens, même si divergente de la mienne, m’importe beaucoup. C’est de ces dialogues que je nourris mon esprit. Et merci pour tes bons souhaits de fête. Je suis sûr qu’on s’entend sur une chose, célébrons la vie qui nous est offerte et toutes les belles réalisations qu’elle nous permet d’accomplir.

  4. Vincent

    Je partage un peu tes sentiments sur les anniversaires de naissances, et je crois qu’un groupe de comédiens canadiens ont produit quelque chose d’interessant. Good for a laugh anyway. Bonne fête.

    1. Jacques Dufort

      Très amusant. Quoiqu’il en soit, de même que l’intention subjacentes mon article, ça fait réfléchir. Merci de nous partager ce lien.

  5. Mireille

    La triste realite de la vie c’est qu’on va tous veillir mais souhaiter bonne fete a quelqu’un c’est justement une signe d’amour. La personne qui est feter devrait regarder tout ce qu’elle a pu accomplir de bien durant l’annee qui vient de se terminer, soit aider un ami, reconforter quelqu’un, etre a l’ecoute de quelqu’un qui a en besoin. Je crois que les gens ont perdu certaines notions et se serait peut-etre une occassion pour reevaluer nos valeurs. On dit qu’on ne peut changer le monde mais nous on peut changer.

    1. Jacques Dufort

      Mireille, tout d’abord un gros merci de commenter. Il fait bon de savoir que des gens prennent le temps de me lire. Pour ce qui est de ton commentaire, sache que jusqu’à il n’y a pas si longtemps, je partageais ton point de vue. La seule différence est que maintenant, j’essayer d’agir comme si c’était la fête de quelqu’un au quotidien plutôt une seule fois par année. J’essaie donc d’honorer la personne elle-même et ce qu’elle représente pour moi et j’essaie aussi de souligner c’est réalisations quel qu’elles soient de façon continue plutôt qu’une seule fois par année. Pas que je veuille insinuer qu’en lien avec ton propos, quelqu’un ne se limite qu’à le faire qu’une seule fois l’an, mais je considère que mes souhaits ont le potentiel d’être plus ressentis s’ils ne sont pas faits sous un prétexte quelconque tel qu’un anniversaire de naissance.
      C’est pourquoi, qu’il y ait raison valable ou non de célébrer, les retrouvailles entres amis me sont si chers. C’est aussi pourquoi je ne me gêne jamais de remercier les gens ou même de faire leur éloge selon le cas. Tu as raison toutefois de dire que chacun d’entre nous avons le pouvoir de changer, voire même de faire une différence. C’est pourquoi je te rejoins dans ton désir de célébrer les réalisations de tous les êtres qui nous sont chères, que ce soit lors de leurs anniversaires ou non. J’espère avoir bien compris le sens de ton propos. N’hésite pas à commenter le mien. Au plaisir cousine…JD

  6. Mireille

    Bonsoir cousin,

    merci de m’avoir repondu. Dans le fond tout ce que tu as commente et ce que j’ai commente se rejoint nous l’avons simplement dit de differente facon. L’important c’est de souligner et d’apprecier chaque moment.

    Mimi

    1. Jacques Dufort

      Entièrement d’accord avec toi. J’en profite donc pour que, sans prétexte aucun, je te signifie mon appréciation pour l’amitié que tu me démontres et l’honnêteté de tes propos. À bientôt. Jacques

  7. Katia Canciani

    Bonjour Jacques,
    Je lis ton billet avec quelque retard et pourtant… je ne peux m’empêcher de le commenter. D’abord, bonne fête ! Je suis personnellement très attachée à la célébration des anniversaires. Et ce n’est pas parce que tous mes anniversaires furent positivement inoubliables… En réalité, pour moi, célébrer un anniversaire, c’est célébrer la vie et cette chance que nous avons d’être en vie, entourés et conscients de notre richesse.
    Quand un ami te dit bonne fête, il te mentionne surtout qu’il pense à toi. Et si quelqu’un pense à toi, tu es riche.
    Quand tu prends le temps de célébrer ta propre fête, que ce soit par un simple « ben mon vieux, une autre année de passée, bravo et… bonne fête », tu te conscientises au fait que tu viens de vivre une autre année remplie d’expériences. Et si tu es conscient du fait que tu es bougrement chanceux d’être encore en vie, tu te sens pas mal riche. Crois-moi, la santé n’est pas acquise…
    Quand tu prends le temps de réfléchir à ton anniversaire, tu as même parfois une pensée pour tes parents. Parfois, il te prendra même l’envie de les remercier. Et quand on a la chance de remercier quelqu’un, c’est qu’on est riche.
    Il y a tant de choses que l’on prend pour acquises. Chaque jour, pour moi, est une célébration. Chaque jour est un anniversaire. Je dis aussi je t’aime à mes enfants et à ceux qui me sont chers. Je les gâte au jour le jour.
    Mais le jour d’un anniversaire, je mets le paquet. J’ai définitivement l’anniversaire… créatif !
    Bonne fête, c’est une autre façon de dire : je t’aime, je suis heureux que tu fasses partie de ma vie, je suis conscient que ta dernière année a été difficile mais tu es passé au-travers, je pense à toi, je suis là si tu as besoin de moi… Et de la part d’un collègue qui te salue rarement, ça veut aussi dire : eh, même si on ne se parle pas souvent, je t’apprécie ; tu n’es pas transparent ; même si je suis trop intimidé pour t’adresser la parole habituellement, là, c’est plus facile car c’est ta fête.
    Bon, sur ce, je retourne au travail.
    Moi, j’aime les fêtes. J’aime bien vieillir, en fait. Parce que chaque année qui passe est un bagage d’expérience, remplie de moments avec les miens. Ce qui m’attristerait, c’est justement de ne pas vieillir. Parce que ca voudrait dire que… je n’y suis plus !
    Je te le dis, Jacques, une fête, c’est une richesse.
    Katia

    1. Jacques Dufort

      Katia, tout d’abord je te remercie pour tes souhaits de fête. Je réalise que mon propos a pu semer certaines inquiétudes auprès de mon lectorat, mais soit sans crainte, mon billet ne se voulait pas un aveu de tristesse de ma part. Je suis d’accord avec toi qu’il importe de célébrer la vie à toutes occasions, et je suis aussi d’accord avec le fait que l’occasion de l’anniversaire de quelqu’un puisse être propice à célébrer la vie. C’est juste que j’aie remarqué que dans certains cas les vœux de fêtes sont parfois faits de façon machinale et même hypocrite et donc qu’ils pouvaient perdre de leur valeur. C’est donc que, sans vouloir te contredire, je préfère tout de même trouver d’autres occasions de célébrer la vie afin que mon geste ait tout son sens. Quoi qu’il en soit, je suis rassurer te voir qu’autant de personnes qui ont commenté mon billet semblent accorder autant d’importance à célébrer des anniversaires. C’est donc que, qu’ils soient en accord avec mon propos ou non, les gens considèrent important le fait de célébrer la vie. Alors, merci pour ton amitié, merci de prendre le temps de commenter de façon aussi à propos et surtout, merci d’être mon amie. Sincèrement, Jacques

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>