«

»

Nov 26

Éloge funèbre de ma mère

Ma mère est décédée le 7 novembre dernier à l’âge de 81 ans, emportée par la maladie de Parkinson. Outre moi, son fils, elle laisse dans le deuil sa fille France, nos conjoints respectifs Élaine et Michel et mes deux enfants, Katherine et Alexandre. C’est donc ce qui explique mon absence du blogue durant ces deux derniers mois alors que j’accompagnai ma mère durant cette difficile épreuve, son dernier voyage. Ainsi, quoique je vous aie promis un article au titre évocateur de : « J’ai toujours raison… et vous aussi », ce dernier devra attendre quelque peu puisque, comme je l’ai fait pour mon père il n’y a de cela que seulement huit mois, je tiens à vous partager l’éloge que je lui ai livré lors de ces funérailles.

Alors que, même dans la société d’aujourd’hui dite moderne où, en plus des familles traditionnelles, l’on observe une plénitude de familles éclatées et de familles reconstituées et de familles monoparentales, une mère symbolise toujours, plus que quiconque le noyau familial autour duquel tout les éléments gravitent, le mari y compris. Souvent dans l’ombre, les mères représentent encore aujourd’hui le pilier d’une structure qui assure l’intégrité et la stabilité. Je dois donc vous avouer que de perdre ces deux parents à si bref intervalle n’est pas facile, mais la perte de sa mère s’avère être encore plus difficile.

Je vous invite donc à télécharger le fichier PDF contenant l’éloge à ma mère en vous servant du lien suivant :

Enfin, puisque c’est envers la maladie de Parkinson que ma mère a perdu son combat, j’encourage les gens désireux de le faire à faire un don à la société Parkinson du Canada.

De plus, pour ceux qui voudraient se remémorer ma mère, je vous invite télécharger son signet commémoratif et sur lequel y est inscrit une petite pensée à sa mémoire.

Connaissant donc la joie de vivre de ma mère, je me l’image me chuchoter à l’oreille, « La vie est trop belle, il faut en jouir… »

Merci maman pour cette belle pensée…c’est ce que j’essayerai donc de faire.

Ton fils qui t’aime, non qui t’adores.

Jacques

P.S. Pour ceux qui le désireraient, voici le lien vers l’éloge funèbre de mon père. 

et le lien vers l’article qui s’y rapporte: http://latribudesreflechis.com/relations-interpersonnelles/marathon-funebre-100-heures/.

De plus, voici le lien vers son signet commémoratif.

 

© 2011 – 2016, Jacques Dufort. Tous droits réservés.

(6 commentaires)

Passer au formulaire de commentaire

  1. Sylvain Cazes

    Cher Jacques et France je vous souhaite à tous les deux mes plus sincères condoléances car je comprend votre désarrois de perdre 2 parents dans un si court délais, j’ai perdu les miens en 2003 ma mère et mon père en 2006, j’ai du mal en m’en remettre aussi car ils étaient les phares de ma vie cependant de là haut il leur demeureront aussi. Comme pour vous deux j’ai bien connu votre père qui m’a parlé de vous deux, je sais qu’il vous aimais et aussi là haut il vous aimeras toujours ainsi que votre mère qui vas aussi demeuré votre phare dans votre vie. Même par leur absence il sont présent dans tout les moments de votre journée, profiter de chaque moment de votre vie et donner toute l’amour à votre famille et vos enfants. Je n’est que d’éloge pour votre famille les Dufort, ce sont des gens formidable comme disait Charles Aznavour dans une de ces interprétation. Mes joues sont remplis de larmes tellement que je comprend la perte d’être qui nous sont cher.

  2. Chantal Ouellette

    Quel bel hommage tu as rendu à ta mère. J’en ai eu des frissons et des larmes aux yeux.
    Merci de l’avoir si bien décrit. N’ayant pas eu la chance de la connaitre, je m’en fait tout de même une belle image grâce à tes mots qui évoquent images et émotions.

    Tes doux souvenirs sauront t’apporter la paix du coeur.

    Mes sympathies les plus sincères.

    Chantal

  3. Brigide Lortie

    Mes plus sincères sympathies à toute la famille. Je comprends que vous traversez des moments bien difficiles. Très bel hommage encore une fois. Je suis certaine que tes parents sont très fiers de toi et de ce que tu es devenu. Tu transmets de belles valeurs à ta famille et à ton entourage. Continue ton chemin et ils seront là pour t’éclairer. Bon courage et toutes mes sympathies!

  4. Jacques Dufort

    Merci à vous trois de vous être donné la peine de commenter. Vous ne pouvez savoir ce que sa représente que de savoir que l’éloge à ma mère a été lu. L’aimant tellement, ça me réconforte de savoir que j’ai pu vous relater tout ce qu’elle était, ne serait-ce que brièvement. Encore une fois mille mercis, car tous ces petits gestes posés m’accompagnent dans ce deuil et m’aident à passer à travers cette année des plus difficile qu’a été l’année 2011.

  5. DANIELE LETTNER

    Bonsoir Monsieur,

    je viens de lire l’éloge funèbre de vos parents ; je faisais une recherche pour écrire celle de ma mère qui va s’éteindre probablement dans quelques jours. Elle est en toute fin de vie, atteinte d’une variante d’Alzheimer et va rejoindre son fils, mon frère qui nous a quitté il y a juste 7 mois. C’est une période vraiment terrible pour ma famille.
    Je dois dire que lire ces éloges m’a beaucoup touché et aidé aussi… c’est un exercice que je ne connais pas, ayant été incapable malheureusement il y a 13 ans d’en écrire une pour mon père à son décès.
    Ce que vous dites, l’écrire à l’avance, semble un peu farfelu peut être pour beaucoup de gens mais je comprends tout à fait, étant moi-même une grande sensible et stressée chronique, et l’organisation étant pour moi le meilleur moyen de ne pas stresser… J’ai donc commencé mon éloge un peu tard et je me suis un peu aidée de la vôtre.
    Alors merci, à des milliers de kilomètres du Québec, de m’aider un peu dans ces terribles moments.
    cordialement
    DANIELE LETTNER
    (France)

    1. Jacques Dufort

      Bonjour Danielle,
      Désolé pour votre mère. Quoique l’on sache tous que la mort est un passage obligé, ça ne le rend pas plus facile pour autant. Le décès d’un être cher remet souvent bien des choses en perspective, mais surtout il permet de se remémorer tous les bons moments passés en leur compagnie et surtout la signification de leur existence et l’impact qu’ils auront eu sur nos vies et celles de maints autres.
      Or donc, je suis ravi que les éloges que j’ai composés pour mes deux parents, et que j’ai prononcés à neuf mois d’intervalles, vous aient inspirés. Pour ce qui est de commencer à les écrire plus tôt que tard, je sais que tous ne partagent pas mon point de vue. En ce qui me concerne, ce n’est point par soucis organisationnels ni afin de composer avec le stress y étant associé comme ça semble être en partie votre cas que je l’ai fait, mais bien afin de lui rendre hommage à la hauteur de ce qu’il avait accompli toute sa vie durant puisqu’ayant eu une relation aimante, mais tenue avec mon père, cet exercice m’a permis de me rapprocher de lui alors qu’il était encore vivant et ainsi trouver de bons mots à dire à son sujet. Ça m’a permis de le voir au-delà des choses que je lui reprochais afin de mieux apprécier l’homme qu’il était.
      Enfin, dans un tout autre ordre d’idée, si vous avez aimé me lire, je vous convie à prendre connaissance des autres articles de mon blogue, le plus récent étant le premier d’une série de quatre articles qui s’intitule « Le bonheur est en vous première partie – L’utopie du bonheur moderne »
      Je vous invite aussi à vous inscrire à ma liste d’envois de courriels si le cœur vous en dit. L’espace d’inscription se trouve sur le côté droit tout en haut de la page de mon blogue. Soyez sans crainte, la liste demeure en ma possession et aucune sollicitation ne vous sera faite. Ainsi vous serez tenu au fait lors de la publication de nouveaux articles.
      Encore une fois, merci de vous être donné la peine de commenter. D’avoir pu vous aider à trouver les mots justes, aussi petite soit ma contribution, me fait chaud au cœur. Permettez-moi enfin de vous offrir toutes mes condoléances en ce qui a trait au décès de votre frère et de vous souhaiter bon courage dans l’épreuve que s’annonce être le départ prochain de votre mère.
      Soyez sans gêne et au besoin, n’hésitez pas à communiquer avec moi à l’adresse suivante : moc.s1508790308ihcel1508790308ferse1508790308dubir1508790308tal@t1508790308rofud1508790308j1508790308 Bien à vous, Jacques Dufort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>